jeudi 29 septembre 2016

Manif syndicale, nouvelle infiltration d'extrême droite



[RésistanceS.be – Jeudi 29 septembre 2016 - Réactua. : 30 septembre 2016, 7 : 36]

EXCLU – Trois néonazis ont été, à nouveau, repérés lors de la quatrième journée nationale des syndicats contre le gouvernement belge qui s'est déroulée ce jeudi à Bruxelles – PHOTOS VERZET ET RESISTANCES.BE




Le 6 novembre 2014 et le 24 mai dernier, nous avions révélé en exclusivité la présence d'activistes d'extrême droite (voir liens ci-dessous) dans les rues de Bruxelles lors des manifestations nationales syndicales contre les mesures socio-économiques du gouvernement fédéral Michel (libéral-chrétien-nationaliste flamand). Ce jeudi, une équipe mixte des rédactions des journaux antifascistes néerlandophone Verzet/AFF (Anvers) et francophone RésistanceS.be (Bruxelles) était encore présente à la quatrième manifestation nationale syndicale. Parmi les milliers de manifestants, au moins trois activistes d'extrême droite s'y étaient une nouvelle fois infiltrés. Ils furent directement repérés par Verzet/AFF et RésistanceS.be.



Qui sont-ils ?

Il s'agit d'
Andy H., un membre actif des Autonome nationalisten Vlaanderen (ANV), après l'exclusion toute récente de son dirigeant-fondateur, Chris B.. Comme ce dernier, Andy H. est un pur et dur du courant « national-solidariste ».

Verzet/AFF et RésistanceS.be ont ensuite repéré les néonazis néerlandais
Eite Homan (avec une casquette de l'ABVV/FGTB) et Karl Jan Walle. Comme en 2014 et en mai de cette année. Ils avaient alors participés aux affrontemments violents avec les forces de l'ordre.
Eite Homan et Karl Jan Walle ne sont pas des enfants de coeur de l'« orchestre noir ». Le premier débute sa « carrière politique » dans les années quatre-vingt sur la scène néonazie hollandaise. Il a été pendant de nombreuses années le leader du front « Aktion nationaler sozialisten » (ANS, Front d'action des nationaux-socialistes), et celui de la division néerlandaise de la Racial volunteer Force (RVF, Force des volontaires raciaux), une organisation européenne, dissidente de Blood & Honour (B&H), basée en Grande-Bretagne. Comme B&H, la RVF prône la lutte armée dans le cadre d'une « guerre raciale » à venir. Homan multipliait alors ses contacts avec des néonazis belges, néerlandophones comme francophones.

Pour sa part, Karl Jan Walle est l'un des derniers bras-droits d'Homan. Il a fait son retour dans la mouvance NS (national-socialiste) avec son propre groupe Folksfahne 18 (le chiffre 18 reprend la premier et la huitième lettres de l'alphabet, soit A et H, les initiales d'Adolf Hitler). Un vandalisme d'un mémorial de guerre, sur lequel avait été inscrit une croix gammée et le slogan «Wir sind Zurück" (Nous sommes de retour), lui coûta une peine de prison assortie d'une probation de deux ans.


Réseau néonazi anticapitaliste !

Karl Jan Walle est toujours le responsable de la section du Brabant hollandais du Nord des « Vrije nationalisten » (les Nationalistes libres). Ce groupuscule se revendique comme étant un réseau de nationaux-socialistes, lui même rattaché à l'« Anti-Kapitalistisch netwerk » (AKN). Il s'agit du courant « révolutionnaire » de l'extrême droite radicale animé depuis près de vingt ans par Eite Homan. Pour mieux agir, ce courant s'est « gauchisé », adoptant des slogans, un style et des tactiques des « black block ».

Que viennent donc faire ces néonazis aux manifestations syndicales de Bruxelles ? Sur leur blog internet, les « Vrije nationalisten » dénonçaient il y a quelques temps les «
 idiots utiles qui rejoignent le cirque habituel de la bureaucratie syndicale », mais affirmaient participer aux manifestations bruxelloises pour y « soutenir la lutte autonome et indépendante des travailleurs. ».

Ils n'y distribuent cependant aucun tract, ne semblent avoir aucun contact locaux sur place. Contrairement aux précédentes manifestations, celle de ce jeudi s'est terminée sans un seul incident. Eite Homan et Karl Jan Walle ont alors repris un train en direction d'Anvers, afin de rejoindre les Pays-Bas. Avant un nouveau retour prochain à Bruxelles ?


Rédaction RésistanceS.be

Avec Verzet/AFF Anvers





PHOTOS EXCLUSIVES


© Verzet/AFF (Anvers) et RésistanceS.be (Bruxelles)






















NOS PRÉCÉDENTES RÉVÉLATIONS