mardi 28 mars 2017

Le concert nazi-skin au départ de la Belgique a eu lieu en France



[RésistanceS.be – Trad. Art. AFF/VERZET – Dimanche 26 mars 2017]

INFO EXCLUSIVE – Samedi dernier, le média antifaf flamand AFF/VERZET et RésistanceS.be annonçaient en exclusivité l'organisation d'un concert clandestin dans le nord-est de la France. Le point de rassemblement pour s'y rendre avait été fixé dans une petite commune du sud de la Belgique, près d'Arlon. Plus de 1 000 néonazis, venus de plusieurs pays européens y étaient présents. Notre pays reste une plaque-tournante de l'extrême droite radicale violente. – Traduction de RésistanceS.be de l'article de l'AFF/VERZET.


Samedi dernier, le 18 mars, environ un millier de néonazis se sont rassemblés dans le nord-est de la France, à côté de la frontière belge, pour un concert clandestin où les idées et l'armée d'Adolf Hitler allaient être glorifiées. Le « Meetingpoint », c’est-à-dire le point de rendez-vous où la destination exacte du déroulement du concert serait dévoilée, était fixé dans notre pays.

Affluant d'Allemagne, de République tchèque, d’Angleterre, d’Italie, de Suisse, des Pays-Bas et de Belgique, ils furent nombreux à prendre la direction d’un parc industriel situé à Messancy, un petit village dans la province du Luxembourg belge, à proximité des frontières du Grand-Duché de Luxembourg et de la France, et non loin de l'Allemagne. C’est à Messancy qu’était communiqué le lieu exact du concert.

Celui-ci se trouvait à encore une centaine de kilomètres de route, à Heudicourt-sous-les-Côtes en France. Un village d’à peine 200 habitants, avec une salle où se déroulent habituellement des activités sportives (handball, basket, tennis, football...). Cette salle peut également être louée pour des festivités ou d'autres réunions. Officiellement, jusqu'à 1.154 personnes peuvent trouver place à l'intérieur.

Les organisateurs du concert s’imaginaient remplir une si grande salle, et ils y parvinrent. Samedi dernier, selon différentes sources, 1.000 à 1.200 néo-nazis s’y sont retrouvés. Ils étaient venus pour un concert avec à l’affiche trois groupes allemands, un groupe anglais et un groupe australien.




A l'affiche du concert clandestin

Les groupes allemands annoncés glorifient tous trois l'Allemagne nazie. Il y avait en premier lieu Blitzkrieg. Sur la pochette de leur CD « Wir sind zurück » [ « Nous sommes de retour »] figure un bataillon de soldats de l’époque nazie, et une roue solaire, l'un des symboles de la SS, l'élite idéologique et militaire du Troisième Reich. Ce CD, sorti en 2004, est interdit de vente en Allemagne, tout comme son suivant, « In Gedenken an… » [« À la mémoire de… "], datant de 2007.

Division Germania est un groupe constitué par Andreas Koroschetz qui participe également à d’autres groupes de la mouvance néonazie. « ... Und ewig lebt das Reich » [« …Et pour l’éternité vit le Reich »] est un des titres des huit CD de Division Germania. Sur un album de compilation de 2005, regroupant les trois premiers albums, qui ne peuvent pas non plus être vendus en Allemagne, figure un hommage au national-socialisme et à Ian Stuart Donaldson, le fondateur de Blood & Honour (B&H). Apparu en 1987 en Grande-Bretagne, B&H est le premier et plus important réseau nazi-skin (NS, comme « national-socialiste » aussi) international.

Heiliger Krieg se produisait à l’origine sous le nom de Race War (« Guerre raciale »). En 2006, les membres du groupe ont été condamnés en Allemagne pour infraction. Depuis 2010, ils poursuivent leurs activités sous le nom de Heiliger Krieg (« Guerre Sainte »). Sur leur unique album jusqu'à présent, figure sur la couverture (à nouveau) un soldat de la période nazie.

Squadron est un groupe anglais, originaire de Londres. Fondé en 1985, le groupe compte déjà neuf CD à son actif, ainsi que quelques singles et EPs, parmi lesquels « Unter dem Hakenkreuz » [« Sous la croix gammée »]. Sur le CD « Live in Budapest », on retrouve sept reprises de Screwdriver, le groupe du chanteur et fondateur de Blood & Honour Ian Stuart Donaldson.



La tête d’affiche attendue à Heudicourt-sous-les-Côtes, était le groupe australien Fortress, actif dans la mouvance néonazie de 1991 à 2007. En Australie, c'était LE groupe de référence du genre. Il effectue actuellement une tournée de reformation. Le lendemain, le samedi 25 mars, Fortress jouait à Stockholm (Suède) son dernier concert en Europe… pour l’instant.


Organisateurs et surveillance policière

Le concert à Heudicourt-sous-les-Côtes était organisé par les Hammerskins, un groupement néonazi américain avec, selon ses dires, des sections entre autres en Allemagne, en France, en Hongrie, en Italie, au Luxembourg, au Portugal, en Espagne, en Suède et en Suisse. La propagande des concerts Hammerskins est assurée par le traditionnel Blood & Honour.
L’exploitant de la salle ignorait que sa salle allait être utilisée pour un concert néonazi. Il a entamé une enquête interne et externe à propos de la location de sa salle. Quelques agents de la police française observaient, à quelque distance, la convergence des nazis-skins.




En Belgique, pendant des années, les services de police se contentaient habituellement d’observer de l’extérieur si rien de mal ne se produisait. Ce n'est qu’à partir du moment où, après de nombreuses années d’insistance de la part de l’Anti-Fascistisch Front (AFF), la police effectua les constations requises à l’intérieur des salles de concert, que le nécessaire put être entrepris ; ce qui entraîna pour la première fois en 2011 la condamnation par le tribunal de Furnes de trois organisateurs de concerts Blood & Honour en Flandre sur base des lois contre le racisme, la discrimination et le négationnisme.

Depuis, l’activité liée aux concerts néonazis est restée relativement calme en Belgique, même si cela ne signifie pas nécessairement que nous resterons épargnés. La logistique du concert à Heudicourt-sous-les-Côtes était assurée depuis l'Allemagne et les Pays-Bas. Les néonazis n'hésiteront pas à organiser encore un concert dans un autre pays. En outre, dans notre pays également, ils possèdent leurs coreligionnaires. Des nazis-skins de Flandre et de Wallonie étaient également samedi dernier à Heudicourt-sous-les-Côtes.
Article de l'AFF/VERZET



[Publié le 24 mars 2017 sur le journal FB de l'AFF/VERZET, traduction française de Chris Verboom, membre de la rédaction de RésistanceS.be, le 26 mars 2017].



RELIRE NOTRE PREMIER ARTICLE SUR CE CONCERT
[RésistanceS.be 18 mars 2017]


PLUS D'INFOS SUR LES NAZIS-SKINS (NS) ET LEURS CONCERTS EN BELGIQUE ?

[RésistanceS.be 6 juillet 2016]
[RésistanceS.be 20 février 2014]
[RésistanceS.be 8 février 2014]
[RésistanceS.be 3 octobre 2011]
[RésistanceS.be 10 septembre 2011]
[RésistanceS.be 28 octobre 2010]
[RésistanceS.be 15 octobre 2008]
[RésistanceS.be 8 mars 2005]









© Article du journal en ligne  RésistanceS.be | Bruxelles | Dimanche 26 mars 2017 | info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOK ICI