jeudi 16 novembre 2017

Un auteur lié à l'extrême droite invité à la Foire du livre belge d'Uccle


[RésistanceS.be – Jeudi 16 novembre 2017]

QUI EST CHRISTOPHER GÉRARD ? Ce samedi matin, il sera l'un des écrivains belges au programme de la foire proposée chaque automne par le Centre culturel de la commune bruxelloise d'Uccle. Le programme de celle-ci ne vous informe pas vraiment sur l'auteur du livre « Aux armes de Bruxelles ». Qui est-il exactement ? D'où vient-il ? LE JOURNAL RESISTANCES VOUS RÉVÈLE SES LIENS DIRECTS AVEC L'EXTRÊME DROITE.



Demain s'ouvre la quinzième édition de la Foire du livre belge à Uccle. Cet événement annuel est organisé par le centre culturel de cette commune bruxelloise. Depuis sa première édition, plus de sept cent auteurs de notre plat pays y sont passés. Ces 17, 18 et 19 novembre, ils seront plusieurs a venir y présenter leur dernier ouvrage, dans tous les domaines du monde de l'édition. Parmi eux, il y aura, ce samedi, à 10 h 50, l'auteur du livre « Aux armes de Bruxelles », un certain Christopher Gérard.

Ce nouveau livre propose une promenade dans la capitale de notre pays. Le programme de la foire en question précise : « Cercles concentriques mais qui seraient ceux d'un paradis urbain, il pérégrine parmi ses lieux d'élection. Écrivain et critique littéraire belge, membre du Pen Club, Christopher Gérard est notamment l'auteur de Quolibets (L'Âge d'Homme, 2013) et du Songe d'Empédocle (idem, 2003, Prix E. Martin de l'A.E.B.). » Sans aucune autre précision.


Groupuscules « NR » et croyances païennes

Cet auteur bruxellois, méconnu du grand public, était déjà au programme en 2015 de la même Foire pour son précédent livre,
« Le songe d’Empédocle », édité par la maison d'édition L’Âge d’Homme, installée à Lausanne, en Suisse. Il est aussi connu dans certaines sphères politiques, particulières et plus confidentielles. En effet, Christopher Gérard vogue lors de ses pérégrinations politico-littéraires dans l'underground intellectuel de la droite ultra, extrême ou radicale. Et ceci depuis plus de vingt ans déjà. Ce routard de la politique non-conformiste voyage essentiellement vers des destinations françaises, le plus souvent rattachées aux cercles divers de la « Nouvelle Droite », la mouvance intellectuelle issue de l'extrême droite subversive des années soixante. Il est devenu encore une référence de groupuscules « NR », nationalistes-révolutionnaires, qui partagent avec lui une fidélité indéfectibles aux croyances païennes des religions polythéistes d'antan. De celles priées par d'anciennes tribus qui constituaient jadis, avant la domination continentale de l'ère chrétienne, les populations de l'Europe toute entière.

Pour son travail intellectuel en faveur des vieilles religions et cultures européennes pré-chrétiennes, Christopher Gérard a toujours reçu, depuis le début des années nonante, un accueil sympathisant et militant chez les défenseurs de l'Europe ethnique. En 1992, à partie de la commune bruxelloise d'Ixelles, il lance le premier numéro d'une nouvelle revue trimestrielle. Pour titre, elle prend le nom d'un géant de la mythologie grecque,
Antaios. Une première publication du même nom était déjà parue de 1959 à 1971. Elle avait été fondée par Ernst Jünger (1895-1998), écrivain et leader idéologique de la « révolution conservatrice » à l'époque de la république de Weimar, le régime politique allemand en place entre 1918 et 1930. L'Antaios bruxellois se présente, dès sa naissance, comme le successeur direct de la revue jüngerienne.





Mouvement racialiste européen

Le numéro un d'Antaios de Christopher Gérard bénéficiera de promotion dans des publications comme « Lutte du Peuple », le mensuel de l'organisation NR française Nouvelle Résistance, pseudopode du mouvement Troisième Voie, lui même provenant directement du MNR (Mouvement nationaliste-révolutionnaire) où les thèses doctrinales de la révolution conservatrice allemande se partageaient avec celles en vogue sous le fascisme italien. Des encarts publicitaires pour la revue belge d'« études polythéistes » de Gérard apparaitront encore dans d'autres organes de presse d'extrême droite, comme dans « Sinergias europeias » publié au Portugal par la « Nouvelle école politique européenne » ou dans le journal français « Imperium », dont la mission est de proposer des alternatives « pour une avant-garde culturelle et spirituelle européenne ».

Pour le mouvement racialiste européen Terre et Peuple, fondé par un dirigeant du Front national français de l'époque de Jean-Marie Le Pen, « la revue ANTAIOS s'impose par la qualité et la richesse de ses textes ». C'est pour cette raison qu'elle est décrite comme « un outil de travail de très belle qualité » qu'il faut « lire absolument ». Au fil des années, Terre et Peuple va poursuivre son soutien à Christopher Gérard. Lors de la sortie de son livre « Parcours païen », édité à L'Âge d'Homme, la revue du mouvement racialiste d'extrême droite consacre, à l'occasion de son numéro du Solstice d'hiver 2000, une page entière à celui-ci.

Auparavant, en décembre 1997, le même Gérard avait eu les honneurs de « Polémique », un journal belge national-catholique, mais allié objectif des néopaïens de la droite « révolutionnaire », dans leur quête commune d'une Europe ethnique. L'article sur la revue Antaios de « Polémique » était signé par Marc Laudelout, le directeur du « Bulletin célinien », une revue mensuelle belgo-française entièrement dédiée à l'oeuvre complète, littéraire et politique, de Louis-Ferdinand Céline, l'un des « écrivains maudits » de la collaboration française avec l'occupant allemand durant la Deuxième Guerre mondiale. Ancien de la rédaction du « Nouvel Europe magazine » et proche du Parti des forces nouvelles (PFN), Laudelout était alors déjà un compagnon de route de Gérard. Il l'est toujours de nos jours.


Etaient-ils au courant ?

Les organisateurs de la Foire du livre belge d'Uccle sont-ils au courant des voyages jusqu'au bout de l'extrême droite de cet écrivain invité ce samedi ? Nous les avons contacté par téléphone pour connaitre leur réponse. Au bout du fil, l'un de ceux-ci nous a affirmé de sa non connaissance des orientations idéologiques de Christopher Gérard. « 
Nous ne le connaissons que comme l'auteur de livres belges, semblant anodins sur le plan politique », nous dira-t-il. « Jamais nous avons invité des auteurs d'extrême droite à notre Foire. Le centre culturel d'Uccle a toujours tout fait pour éviter d'heurter le public avec la présence d'écrivains dont les écrits peuvent être associés à un discours contraire aux valeurs démocratiques », nous affirmera cet organisateur de la Foire du livre belge de la commune d'Uccle. Il semblait être très ennuyé de l'information que nous venions de lui révéler sur Christopher Gérard.

Le journal RésistanceS reviendra prochainement avec des nouvelles informations sur les périples au coeur de la droite ultra de l'auteur des « armes de Bruxelles ».



MANUEL ABRAMOWICZ
Journal
RésistanceS.be







© Article du journal en ligne  RésistanceS.be | Bruxelles | Jeudi 16 novembre 2017 | info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOK ICI

Liens maintenus de NATION avec l'extrême droite pure et dure batave