lundi 15 janvier 2018

Un partisan d'« un autre regard sur la Deuxième Guerre mondiale » au Parti populaire (3/4)


[RésistanceS.be – Lundi 15 janvier 2018 - Modif. : Jeudi 8 février 2018]



DE LA GAUCHE POPULAIRE A LA DROITE POPULISTE – Les membres du PP ayant un passé politique proviennent en général de la droite. Pas lui. Le rédacteur en chef de son organe de presse, lepeuple.be, fut l'un des piliers du Parti communiste à Bruxelles. Il fit également la promotion d'un livre de Léon Degrelle et celui d'un idéologue d'extrême droite dans les colonnes de Télémoustique lorsqu'il en était le rédacteur en chef – PORTRAIT RÉVÉLATEUR.


Aujourd'hui responsable de la section molenbekoise
du Parti populaire et rédacteur en chef de son journal en ligne Lepeuple.be, nous avons ici à faire à une étrange personne, dont la personnalité idéologique a été véritablement subdivisée au fil des années.

Il s'agit d'Alain De Kuyssche, « ADK » pour les intimes, agissant parfois sous les initiales « D.K. » et le pseudonyme d'« Alain Hammerstein ».


Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours

Venant du monde de l'édition, de la bande dessinée plus particulièrement, après un passage comme rédacteur en chef à l'hebdomadaire
Spirou, ADK devient le rédacteur en chef Télémoustique de 1984 à 1995. Puis, il va errer comme journaliste et relations publiques indépendant. Il aura divers clients, des plus classiques aux plus étonnants, comme l’officielle « Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours », soit l'église mormone.

ADK avait été engagé par les mormons dans le cadre d'un lobbying exercé pour obtenir en 2002 l'organisation des Jeux olympiques à Salt Lake city, dans l'Utah, aux
États-Unis, leur « capitale ».



Pilier communiste à Molenbeek

Au début des années 2000, ADK s'était également engagé sur le plan politique. Dans quel parti ? Au PC, le Parti communiste belge historique. Chez les tenants indéfectibles de la ligne fidèle à Moscou. Alain De Kuyssche siégeait alors à la direction de la régionale bruxelloise communiste. Il faisait partie des partisans d'une alliance politique avec les frères-ennemis du Parti du Travail de Belgique (PTB). Et malgré les oppositions internes, ADK réussira à constituer un cartel réunissant le PC et le PTB pour les élections communales en 2000 à Molenbeek-Saint-Jean.

Le score de cette alliance électorale fut un des premiers annonçant les succès d'aujourd'hui du parti marxiste qui fait si peur à l'ensemble de la droite, PP compris, en passant par le PS et les patrons wallons.


Ubu Pan

Après un passage dans les colonnes du
Journal du Mardi, De Kuyssche, dont les articles se caractériseront de plus en plus par leur vernis laïciste et phobique à l'égard de l'islam, rejoindra pour finir la rédaction d'Ubu Pan, le journal satirique issu de Père Ubu. Promu rédacteur en chef, ADK s'intègre bien vite dans ce nouveau milieu, huppé et populiste à la fois. Il vire de plus en plus à droite dans ses écrits qui dévoilent progressivement sa haine des maux de notre société, surtout quand leurs responsables sont musulmans.

Seulement voilà, le boss d'
Ubu Pan débarqua en mars dernier ADK de son poste de chef, pour le remplacer par le publiciste Marcel Sel. C'est à ce moment précis qu'Alain De Kuyssche rejoindra le Parti populaire pour reprendre les rênes de son organe de presse.


Promotion de livres d'extrême droite

Mischaël Modrikamen, le président du PP, ne cache pas ses origines juives et son soutien à Israël. La lutte contre l'antisémitisme – surtout lorsqu'il est musulman – est un impératif pour lui. A-t-il cependant consulté le press-book du rédac' chef de son journal ?

Pour notre part, nous avons fait des recherches dans les archives de RésistanceS.be. Nous avons remis la main sur un vieil article d'Alain De Kuyssche publié dans l'hebdomadaire Télémoustique. Complément d'un dossier sur Adolf Hitler, intitulé « Et s'il avait gagné la guerre ? », il était titré « Un autre regard sur la guerre ».

Paru le 1
er octobre 1992, son article - d'une seule page - était entièrement consacré à la promotion de deux ouvrages : « 1939-1940. L'année terrible » et « La cohue de 40 ». L'auteur du premier : l'écrivain d'extrême droite français François Brigneau. Celui du second : Léon Degrelle en personne. L'éditeur du livre de l'ancien dirigeant du parti Rex et combattant de la SS « Wallonie » était Avalon, spécialisé dans l'édition de publications nazies, néonazies, antisémites et négationnistes.

Dans les premières lignes de son article, Alain De Kuyssche, écrit  : « 
Les 45 années, qui suivirent la fin des hostilités, ont appartenu aux vainqueurs. Contrôle des sources d'information aidant, ils imposèrent leur interprétation des faits et créèrent ainsi un grand nombre de confusions. Habilement exploitées, elles prirent rang de contre-vérités, de mensonges (éventuellement pour satisfaire la raison d'Etat), et les exégètes de ces faux-semblants historiques ont bâti des théories parfois grotesques. ».




Un « détail historique » 

Cet article de promotion pour les livres de ces deux auteurs d'extrême droite est paru au même moment de campagnes négationnistes importantes, orchestrées à Paris et à Bruxelles, par un milieu extrémiste souhaitant dédiaboliser l'Allemagne nazie et ses collaborateurs, dont François Brigneau et Léon Degrelle.

Cet épisode passé de l'actuel responsable du journal officiel de la formation de Modrikamen démontre, comme notre précédent article sur son
courant d'extrême droite interne, 

un « détail historique » qui se retrouve dans les coulisses du Parti populaire.

MAZ - Journal RésistanceS.be



© Article du journal en ligne  RésistanceS.be | Bruxelles | Lundi 15 janvier 2018 - Modif. : Jeudi 8 février 2018| info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOK ICI